Retour sur 2011, au mois de novembre.

MariChéri rentre un soir avec 2 livres pour moi et une proposition : "il y a une lecture de Steinunn Sigurðardóttir le 25 à Sayat, c'est une écrivaine islandaise, j'ai pensé que ça pourrait te plaire... Et comme en plus c'est ta fête... Et qu'on n'est pas sortis rien que nous deux depuis longtemps... J'ai demandé à ta mère, elle est d'accord pour garder MissT" !

Estomaquée, j'étais ! Parce que MariChéri ne prend pas souvent d'initiatives de ce genre.


                       VoleurVie     100PortesBattant2

Je n'avais jamais entendu parler de Steinunn Sigurdardottir (orthographe francisée / anglicisée) et j'ai découvert une écriture tout en nuances et en violences. Des histoires de femmes surtout, d'enfants, aussi, et d'hommes, qui passent... Une grande prégnance de ce pays, l'Islande, que j'ai tellement envie de découvrir.

J'ai donc lu "Le voleur de vie" et " "Cent portes battant aux quatre vents" avant le soir de la lecture.

Des histoires de femmes, fortes et faibles, déchirantes et agaçantes... L'un des personnages m'a mise en colère, j'avais envie de la secouer, de lui dire "mais arrête, vis ta vie, oublie, passe à autre chose"... Des pages émaillées de poèmes, aussi.

Est venu le soir du 25 : je n'avais jamais assisté à une "lecture" et je me demandais bien à quoi cela allait ressembler.

Ce fût un moment de spectacle magique, avec deux comédiens talentueux qui ont joués des extraits des quatre seuls romans de l'auteure traduits en français. Ils ont su donner vie à ces textes, que la plupart des spectateurs ne connaissaient pas.

Ensuite, moment d'échange avec l'auteure qui parle un français remarquable (elle a fait ses études à Dublin, vécu en France assez longtemps et est actuellement installée à Berlin).

Sa voix est chantante, ses textes en islandais sont d'une douceur que ne laissent pas supposer ses histoires. Compensation à la dureté du pays, aussi ?

Steinunn

Puis vient le moment des dédicaces... Je lui explique que c'est MariChéri qui m'a amenée ici ; elle en est très surprise, c'est généralement les femmes qui amènent leur mari ! Elle nous demande d'attendre la fin des dédicaces, pour avoir l'occasion de parler un peu plus avec nous...

Et donc, plus tard, nous découvrons une femme exquise, qui s'intéresse aux autres et sait écouter. Et qui nous embrasse et nous donne sa carte au moment de partir... ça m'a laissée sans voix !

Depuis, j'ai lu "Le cheval soleil", son dernier roman paru en France et "Amour de l'Islande", un recueil de poèmes. Et je rage que "La place du coeur", seule autre traduction en français à ce jour, soit épuisé. Et que ses autres livres, il y en a plus d'une dizaine, ne soient pas traduits.

                      LeChevalSoleil      AmourIslande2


PlaceCoeurCa

Voilà ! Si l'une au moins d'entre vous m'a suivie jusque là et a envie de découvrir Steinunn Sigurdardottir, je serai comblée :-)